Le Green IT c'est quoi ?

Green IT
Dans un contexte où la société prend de plus en plus conscience des enjeux environnementaux, il existe de nombreux domaines dans lesquels il est possible de réduire notre impact écologique, notamment celui de l’informatique.

Le Green IT c'est quoi ?

Le Green IT, selon la définition du Journal officiel de la République Française, regroupe les techniques de l’information et de la communication qui permettent de réduire les impacts sur l’environnement.

Pourquoi c'est important ?

Au-delà des aspects idéologiques, les avantages de suivre les bonnes pratiques du Green IT dans l’écoconception logicielle sont nombreux :

  • Améliorer les performances (temps de réponse, fluidité…) d’une application ou d’un site web
  • Augmenter la qualité de service proposée au utilisateurs, comme par exemple en augmentant l’autonomie de leur batterie
  • Réduire les coûts de fonctionnement et de maintenance évolutive et corrective
  • Limiter les impacts environnementaux en retardant le besoin de renouvellement des appareils

Les bonnes pratiques ?

Les bonnes pratiques du Green IT peuvent être appliquées dans les 3 grandes phases du cycle de vie d’un projet numérique :


1. Phase amont de conception

Dès le choix du matériel, il faut définir une politique d’achats responsables que l’on peut identifier grâce à des labels garantissant l’approche écologique des fabricants (Blue Angle, Epeat, TCO...). Pour l’acquisition de logiciels, il est possible de demander à l’éditeur de s’engager sur la même démarche.

Une démarche d’écoconception des services numériques peut être mise en place en :

  • limitant la couverture et la profondeur fonctionnelle à l’essentiel
  • épurant l’interface graphique utilisateur au strict nécessaire


2. Phase utilisation

Il est possible de limiter les consommations électriques en suivant les recommandations suivantes :

  • ne pas laisser les appareils allumés en permanence, arrêter les serveurs quand ils sont inutilisés, augmenter le taux d’occupation des serveurs physiques...
  • ne pas mettre systématiquement à jour les logiciels installés lorsque cela n’est pas utile.


3. Phase aval de fin de vie

Allonger la durée d’utilisation des équipements. Il est possible de doubler la durée d’utilisation du matériel, par exemple pour les postes de travail, en conservant des versions plus légères des logiciels, système d’exploitation et suite bureautique notamment.

Collecter les matériaux en fin de vie pour les insérer dans une filière de traitement adaptée selon leur état. Sensibiliser les utilisateurs à la règle des 4R – Réduire, Réparer, Réemployer, Recycler – pour qu’ils fassent durer leurs équipements au maximum et les fassent réparer auprès de la DSI s’ils tombent en panne.


Analyse via Greenspector

Greenspector, société nantaise, propose un outil d’analyse sur la consommation énergétique d’applications mobile. Le principe est de mesurer par des sondes la consommation réelle d’appareils non branchés afin de constater la diminution de la batterie lors de l’usage d’une application.

Comment ça marche ?

Greenspector n’a pas besoin du code source du projet. Les tests sont réalisés à partir de l’application téléchargeable sur le store. Il est possible de faire des tests automatisés branchés sur une plateforme d’intégration continue pour mesurer l’impact de nouvelles fonctionnalités tout au long d’un projet. La solution gère le test et l’évaluation énergétique d’un scénario programmable pour en déduire l’autonomie théorique d’un appareil réalisant un certain nombre de fois ces actions.


Il est également possible de vérifier la consommation dans les différents états de l’application. En fonctionnement actif, inactif, ou en veille. Ces informations peuvent indiquer des surconsommations dans certains états pour pouvoir ensuite les corriger.



Nicolas,

Expert technique